Web Summit : est-ce que tout ce battage médiatique en vaut vraiment la peine ?

Robin Charmant

Chief Sales Officer

Sep 15, 2018

L’année dernière, nous sommes allés au Web Summit à Lisbonne pour le savoir. Nous avons rejoint le programme ALPHA pour les startups dans le but de présenter Reprtoir. Après coup, nous avons eu envie de décrire cette expérience en immersion. Alors, voilà notre avis.

Nous ne savions pas si cela allait être divertissant, instructif, intéressant, épuisant ou si nous allions seulement perdre notre temps. Nous pensions que ce serait probablement un mélange de toutes ces choses. Parmi les 60 000 participants, les 1 500 startups, les 2 000 journalistes et les quelques 1 000 orateurs, nous y sommes allés avec des attentes faibles mais un optimisme à toute épreuve. Je peux maintenant dire que c’est exactement ce qu’il faut comme état d’esprit pour participer à un événement comme le Web Summit. Pour expliquer le contexte, voici comment nous sommes entrés dans l’antre de la technologie mondiale.

Bienvenue dans le programme ALPHA

Nous nous sommes inscrits parce que l’offre du Web Summit ALPHA program dédié à l’accueil des startups était convaincante : 850 euros pour 3 participants + l’accès à un stand pour une journée. Le prix nous a séduit.

Après avoir envoyé notre candidature, nous avons rapidement reçu un appel de la part d’un coordinateur de l’équipe du Web Summit dédié aux startups. J’ai pris l’appel sans trop savoir de quoi il s’agissait. En gros, vous présentez votre entreprise et justifiez les étapes de développement dans lesquelles vous vous trouvez. Nous avons été acceptés, mais vu le grand nombre de personnes présentes dans le programme ALPHA, je sais maintenant que mon esprit combiné à mes compétences d’orateur sans pareil n’ont guère influencés leur décision de nous accueillir. Vous avez alors accès au profil de votre entreprise que vous remplissez de pleins d’informations pertinentes sur votre équipe et vos activités. Typique.

En attendant le sommet

Entre les nombreux courriels détaillants les événements du Web Summit et les relances de votre mentor, le coordinateur dédié aux startups, nous n’avons pas manqué d’informations. Notre mentor s’appelait Denis et était très utile tant que nous ne lui posions pas de question existentielle comme pourquoi leur base de données en ligne est aussi nulle.

Ma plaidoirie sur la base de données du Web Summit

Cette partie sera peut-être assez ennuyeuse mais je dois m’en débarrasser car ce qui manque certainement au Web Summit, c’est une base de données des participants en ligne à la hauteur de l’évènement. Vous vous demandez certainement comment cela est possible alors qu’ils se vantent d’avoir atteint le summum des événements technologiques. 

La base de données des participants est accessible de deux manières : via une interface web et via l’application mobile. La version web est pratiquement inutile car les requêtes de recherche analysent uniquement les noms, les lieux et les secteurs d’activités mais pas les descriptions des entreprises ni les biographies des participants. C’est ridicule : taper le mot « Music » récupérera plus d’entreprises allemandes provenant de Munich que d’entreprises actives dans la musique. Munich et Music commençant par les mêmes lettres, la mauvaise conception du moteur de recherche est évidente.

L’application mobile résout en partie ce problème. Les recherches utilisent les descriptions des sociétés pour permettre de trouver réellement les sociétés avec lesquelles votre propre société est liée mais cela ne va guère au-delà. Lorsque vous créez votre profil sur le site web de Web Summit pour la première fois, vous choisissez une série de tags préexistants pour désigner vos centres d’intérêt. Lorsque vous effectuez une recherche, vous ne pouvez filtrer que par un seul tag à la fois, au lieu de pouvoir sélectionner plusieurs tags pour affiner vos résultats de recherche. Si vous choisissez le tag « Music », vous obtenez une liste de tous les participants qui ont choisi ce tag pour indiquer ce qui les intéresse, soit environ 59 000 personnes sur les 60 000 présentes. Il existe des solutions à ce problème mais elles ne sont pas flagrantes.

C’est inquiétant de voir à quel point Web Summit rend difficile la communication et la mise en réseau des participants avant la tenue des événements. C’est comme s’ils le faisaient exprès, alors tous les participants se connectent par LinkedIn.

Chaque année, j’étais énervé par la nullité de la base de données en ligne de Reed MIDEM en raison de son interface contre productive et de son apparence vieille de dix ans. Maintenant, je pense que ça n’est en fait pas un si mauvais outil.

Cela étant, j’ai beaucoup utilisé leur application mobile pendant l’événement pour discuter avec des personnes et organiser des réunions. C’était très utile mais Web Summit pourraient offrir tellement plus. Je suis perplexe que le Web Summit ne propose rien de mieux.

Vivre le sommet

Je pense que l’événement était vraiment bien organisé. On lui reproche souvent d’être une vache à lait mais il sert bien son objectif principal : mettre de nombreuses personnes clés d’industries spécifiques au même endroit. Ce genre d’événements est avant tout créé par des entreprises, il est donc inutile de les blâmer de vouloir faire des profits. La conférence est la possibilité de rencontrer des gens en face à face dans un lieu incroyable, et Lisbonne est en effet un lieu incroyable. C’est une capitale à voir absolument : les relents de la vieille Europe, les pavés partout, les châteaux médiévaux au sommet des collines, les grands vins, la bonne nourriture, la vie nocturne animée, les 5 Mojitos à 5 euros, les infrastructures modernes, les téléphériques de la vieille école et la plage comme environnement fourni par le Tage.

L’avantage du Web Summit est que, même si c’est axé sur la technologie, elle parvient à vous faire oublier que tout est flou. Vous allez au Web Summit par curiosité et non par opportunité. Vous n’y allez pas pour signer des contrats mais remplir votre tête d’idées et votre LinkedIn de nouveaux contacts. Cela crée une atmosphère plutôt décontractée.

Les points positifs sont nombreux et l’un de ceux qui nous a le plus marqués a été l’opportunité de rencontrer des personnalités de l’industrie de la musique et de prendre le temps de véritables discussions avec elles. Parce que les acteurs de l’industrie sont disponibles lors du Web Summit car aucun agenda n’est rempli, vous pouvez organiser des réunions avec des personnes qu’il serait plus difficile de rencontrer lors de conférences spécialisées.

Startup Nation

Le Web Summit est la terre des startups. Voir des myriades de micro entreprises qui tentent de lancer quelque chose est un peu décourageant. Vous pouvez littéralement ressentir l’optimisme délirant qui règne en maître. Il est très amusant de voir combien de personnes pensent être le prochain Uber. De nombreuses startups affirment être la plus grande, la plus brillante et la plus avancée des solutions de la prochaine génération à base de blablas.

Je ne veux pas paraître prétentieux ou quoi que ce soit. Je pense que ceux qui prennent leur destin en main en créant une entreprise méritent beaucoup, et si, ce faisant, ils veulent affronter le monde, qu’ils le fassent. Nous avons besoin de gens comme ça. L’histoire de l’humanité a été forgée par des femmes et des hommes qui se sentent plus grands que la vie et réalisent de grands projets en conséquence. Il est juste important de cultiver l’humilité quand on n’a pas encore lancé une version bêta adéquate avant de proclamer que l’on vas résoudre la faim dans le monde et sauver les bébés phoques. Quoi qu’il en soit, le résultat final est que, même si nous méritons tous de réussir, les statistiques sont claires : 95% des startups échoueront lamentablement. J’espère juste que Reprtoir n’en fera pas partie.

Chatbots, intelligence artificielle, apprentissage machine et blockchain

C’était amusant de contempler les tendances de cette année. Et cela passe par les mots-clés chatbots, intelligence artificielle, apprentissage machine et blockchain. Ce fut sans aucun doute les quatre sujets les plus en vogue. J’estime que plus de 50% des entreprises présentes ont ces mots embarrassants quelque part dans leurs présentations, descriptions, cartes de visite, et ce, même s’ils ne sont pas impliqués dans ces domaines.

La blockchain en particulier était sur toutes les lèvres. Si vous connaissiez mal ce qu’est la blockchain, vous auriez pu être convaincu que les blocs colorés emblématiques de la scène centrale de Web Summit étaient en réalité une Blockchain.

Un soir, j’ai rencontré un investisseur qui m’a littéralement dit que la prochaine fois qu’il entendrait quelqu’un prononcer les mots chatbots, intelligence artificielle, apprentissage machine ou blockchain, il lui mettrait un coup de poing. Cela m’a fait rire mais le mec avait l’air très sérieux. 

Quoi qu’il en soit, c’est un peu comme si vous alliez au MIDEM, au SXSW, à Slush Music ou à toute conférence dédiée à l’industrie de la musique et que vous dites que vous allez vomir la prochaine fois que quelqu’un vous parlera de streaming. C’est la réalité des participants à la conférence : se laisser submerger par des sujets ultra tendances pendant de courtes périodes, un peu comme un sniff de cocaïne, mais avec des chatbots automatisés infusant des blockchains directement dans votre cerveau. (Je suis sûr que quelqu’un quelque part pense être en train de développer une drogue de synthèse à partir de blockchain et que cette personne a très probablement assisté au Web Summit cette année).

Alors, devriez-vous aller au Web Summit ?

Cela dépend de tonnes de variables mais mon instinct tend vers le oui si vous avez besoin d’inspiration et de motivation. Etre confronté à une telle foule est une source d’inspiration (mais cela dépend également de votre état d’esprit). Y retournerons-nous l’année prochaine ? Je ne vois aucune raison de le faire. Y aller pour la première fois promet une expérience rafraîchissante si vous y êtes préparé, mais y aller à deux reprises est excessif à mon humble avis. Sauf évidemment si vous êtes invité en tant qu’orateur, auquel cas 1) vous êtes payé pour venir, 2) vous n’avez pas à faire la queue pendant 30 minutes chaque fois que vous entrerez et sortirez des salles de conférence et 3) you probably sip champagne every time you’re thirsty (R.I.P Biggie Smalls).

Si vous participez au Web Summit, n’hésitez pas à nous faire part de votre avis sur votre expérience.

Voulez-vous recevoir nos posts par email ?

Qu'est-ce que Reprtoir?

Reprtoir est une suite logicielle en ligne conçue pour aider les labels et les éditeurs de musique à centraliser leur contenus, gérer leurs droits et assister les équipes créative, commerciale et administrative dans leurs tâches quotidiennes.

Audio Manager

Une façon plus intelligente pour gérer des enregistrements et des albums

Works Manager

Tout les outils que votre entreprise à besoin pour gérer des oeuvres musicales

Playlists for business

Partagez votre musique en toute sécurité et analysez l'audience en temps réel
CRMCarnet d'adresses professionnel intégréGratuit
Rights ManagerGestion de vos relations contractuellesGratuit
PlatformEn savoir plus le moteur qui propulse Reprtoir

A propos

Blog

Sécurité

Planifier une démo

Nous contacter

Question fréquentes

Centre d'aideEN
Feuille de routeEN
Demander des fonctionnalitésEN
Nouveautés / Mises à jourEN

About us

Blog

Security

Schedule a demo

Contact us

FAQ

Help Center →

Roadmap →

Feature requests →

Changelog →


Audio Manager

A smarter way of managing tracks and album metadata and files

Works Manager

All the tools your entreprise needs to manage musical works

Playlists for business

Share your music by email and analyze its activity in real-time
CRMIntegrated business address bookFree
Rights ManagerManage your contractual relationshipsFree
PlatformLearn more about the Reprtoir’s core engine

Share via
Copy link